FANDOM


Florian Philippot

Florian Philippot, né le 24 octobre 1981 à Croix, est un haut fonctionnaire et homme politique français.

Se réclamant du gaullisme et du souverainisme, il soutient Jean-Pierre Chevènement à l'élection présidentielle de 2002, puis adhère en 2011 au Front national. Il devient un influent conseiller de Marine Le Pen, qui le nomme directeur stratégique de sa campagne présidentielle de 2012, puis vice-président du FN chargé de la stratégie et de la communication. Il est également, très vite après son arrivée, la figure du parti la plus présente dans les médias.

Après avoir été battu aux élections législatives de 2012 et aux municipales de 2014 à Forbach, il est élu député européen lors des élections européennes de 2014 et conseiller régional du Grand Est à l'issue des élections régionales de 2015. Aux élections législatives de 2017, il échoue une nouvelle fois à faire son entrée à l'Assemblée nationale alors que le FN obtient huit députés.

En septembre 2017, alors que sa ligne « sociale-souverainiste » et son influence au sein du Front national suscitent une opposition croissante en interne, il quitte celui-ci et fonde son propre parti, Les Patriotes.

Relations avec Alain Soral Modifier

Il y a quelque chose d'extrêmement intéressant dans la relation "à distance" je dirais, qui se noue entre Florian Philippot et Alain Soral. La présentation la plus générale est celle que beaucoup d'acteurs d'extrême-droite eux-mêmes tentent d'accréditer, c'est que Florian Philippot représenterait le pôle de la dédiabolisation, de la banalisation, du recentrage du Front national, là où Alain Soral représenterait le nouveau diable à l'extrême-droite, celui qui serait absolument infréquentable, avec qui on ne peut pas parler etc. En réalité, de quoi s'aperçoit-on ? Qu'effectivement, il y a une forme de complicité implicite entre les deux qui se traduit par le fait que Florian Philippot ne fait que très rarement, si ce n'est jamais, l'objet de critiques de la part d'Alain Soral, et on sait qu'Alain Soral et Égalité et réconciliation ne sont pas avares d'attaques et de critiques extrêmement virulentes, y compris au sein même du milieu de l'extrême-droite, y compris contre Marine Le Pen d'ailleurs. Et Florian Philippot est régulièrement salué comme étant un des stratèges les plus intelligents du Front national etc. Il y a même des épisodes assez marquants qui trahissent leur complicité objective, par exemple face à Manuel Valls, dans une émission de télévision, Florian Philippot conclut une diatribe en reprenant le fameux "Quand même !" qui a été popularisé au sein de l'extrême-droite par Soral, en reprenant une vidéo antérieure de Valls, où Valls disait qu'il se sentait lié de manière éternelle au peuple juif par sa femme. Et ce moment là c'est très clairement un clin d’œil adressé par Philippot au soutien d'Egalité et réconciliation et au soutien de Soral. Clin d’œil qui est suffisamment discret pour que le journaliste sur le plateau ne le remarque pas et ne sache pas de quoi il s'agit, alors que Manuel Valls lui-même a très bien compris de quoi il s'agit, on le voit se décomposer dans cette vidéo ; et surtout ce qui est très intéressant, c'est qu'ensuite cette vidéo a été reprise par Égalité et réconciliation et par toute la galaxie qui gravite autour en disant "Philippot a glissé une belle quenelle à Valls", etc. Donc moi ce que je pense c'est que Philippot a un intérêt à entretenir des relations, fussent-elles implicites et distantes, avec certains des secteurs les plus radicaux de l'extrême-droite parce qu'au fond Soral représente la version hystérisée de la ligne nationale-républicaine de Philippot. Philippot dit : "Il ne faut pas être explicitement racialiste, il ne faut pas être explicitement anti-musulman, nous on est pour la République, du point de vue assimilationniste", etc. Et au fond Soral dit depuis assez longtemps, au sein du Front national puis en dehors, à peu près la même chose. C'est : "Il faut en finir avec une ligne racialiste, anti-musulmane, anti-arabe etc. Si on arrive à en faire des bons français, tout ça va très bien". Mais Soral rajoute que tout ça ne peut tenir que grâce à un ennemi commun qui est le juif. Et donc Philippot, je dirais "C'est Soral sans l'antisémitisme", et comme Philippot a un problème de légitimité politique et de soutien politique au sein du Front national, nouer une forme d'alliance implicite avec Alain Soral lui permet de renforcer ses positions au sein, non pas seulement du Front national, mais de la galaxie de l'extrême-droite en général. Et Soral, pour sa part, cherche à influer sur la ligne du Front national, depuis l'extérieur aujourd'hui, et de ce point de vue-là, Philippot est extrêmement intéressant, et notamment sur la ligne géopolitique, en particulier dans le conflit israélo-palestinien au Moyen-Orient, en s'assurant que le Front national n'ait pas une ligne trop pro-israélienne, comme ça a pu être impulsé par quelqu'un comme Louis Aliot par exemple.

Joël Gombin, politologue spécialiste du Front national, en octobre 2016 dans une interview pour Eyrolles.




Le 18 juin 2014, Philippot est invité dans l'émission Questions d'info présentée par Frédéric Haziza. Un journaliste l'interroge alors sur le soutien qu'Alain Soral lui apporterait, ce que Philippot dément. Il explique ne pas avoir de convergences avec Alain Soral et demande à Frédéric Haziza de régler le "contentieux personnel" qu'il aurait avec Soral.

En décembre 2016, un anonyme se présentant comme un ancien membre d'E&R fait des révélations sur Alain Soral sur le forum Bla bla 18-25 ans de Jeuxvideo.com. Il révèle entre autres qu'Alain Soral et Florian Philippot se rencontreraient environ tous les 2 mois dans un café parisien pour discuter.

En septembre 2017, quand Florian Philippot quitte le FN, Louis Aliot dénonce son entourage soralien, et accuse Sophie Montel, qui a rejoint le parti de Philippot, de venir de groupuscules "racialistes et révisionnistes" (il fait référence à l'association Terre et peuple).

Relations avec Dieudonné Modifier

Le 30 décembre 2013, Florian Philippot est l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC en pleine affaire Dieudonné. Bourdin demande alors à Philippot s'il juge que Dieudonné est antisémite et raciste. Florian Philippot lui répond que Dieudonné a été condamné, et que quant à son opinion, il juge être inapte à considérer si Dieudonné est antisémite et raciste car "[il n'est] pas dans sa tête". Il dit que c'est à la justice de juger et qu'il n'a jamais été aux spectacles de Dieudonné ni ne l'a rencontré.

Le 6 février 2014, lorsque Philippot et Valls s'affrontent dans l'émission Des paroles et des actes, Valls demande à Florian Philippot s'il estime que Dieudonné est antisémite et qu'Alain Soral est national-socialiste. Philippot lui répond la même chose que ce qu'il a répondu à Bourdin et lui met également en face ses propos des propos qu'il avait tenus, déclarant qu'il n'y avait "pas assez de whites, de blancos" dans la ville d'Évry. C'est également durant cette émission qu'il fait référence à la vidéo où Manuel Valls dit être "éternellement lié à Israël".

Suite à ce passage télévisé, Dieudonné félicite Florian Philippot sur sa page Facebook.

Relations avec Daniel Conversano Modifier

Suite au départ de Florian Philippot du Front national, Daniel Conversano publie un texte sur sa page Facebook, où il dit qu'"il a tout fait pour s'en faire éjecter en endossant le costume de victime d'une injuste chasse aux sorcières" et que c'est "un mec intelligent et carriériste qui a compris qu'il ne monterait jamais plus haut en hiérarchie chez nous". Il l'accuse d'avoir fait exprès de se faire prendre en photo en train de manger un couscous afin de semer le trouble au sein du FN. Il dit également que la place de Florian Philippot est chez Jean-Luc Mélenchon.