FANDOM


Jean-Marie Le Pen, né le 20 juin 1928 à La Trinité-sur-Mer, est un homme politique français.

Sollicité par Ordre nouveau, il participe en 1972 à la fondation du Front national (FN), qu'il préside dès lors et qu'il fait émerger sur le devant de la scène politique dans les années 1980. Généralement classé à l'extrême droite, il fait de la critique de l'immigration son principal axe de campagne.

Il se présente aux élections présidentielles de 1974, 1988, 1995, 2002 et 2007. Après un faible résultat en 1974 (0,75 %), il se hisse par trois fois en quatrième position du premier tour, avec des scores allant de 10,44 % (en 2007) à 16,86 % des voix (en 2002). À la surprise générale, il accède au second tour du scrutin de 2002, à l'issue duquel il obtient 17,79 % des suffrages exprimés face au président sortant, Jacques Chirac.

Sa fille Marine Le Pen lui succède à la présidence du FN lors du congrès de Tours de 2011, à l'issue duquel il devient président d'honneur du parti. Il en est exclu en 2015 à la suite de déclarations polémiques, dont sa carrière politique est jalonnée, lui valant en particulier des accusations d'antisémitisme ; il reste cependant président d'honneur du FN et crée les comités Jeanne.

Relation Modifier

Relations avec Alain Soral Modifier

Lors de l'élection présidentielle de 2002, Alain Soral vote pour Jean-Marie Le Pen aux deux tours, bien qu'il ait été tenté par Jean-Pierre Chevènement au premier tour.

En 2005, Soral est présenté à Jean-Marie Le Pen par Farid Smahi lors d'un dîner. Suite à ce dîner, Soral rejoint l'équipe de campagne du Front national où il est chargé des affaires sociales et du problème des banlieues, et participe à l'écriture du fameux "discours de Valmy". Il rejoint officiellement le FN en novembre 2006 et participe à la campagne électorale de Jean-Marie Le Pen. En février 2007, en pleine campagne électorale, Soral déclare que "Si Marx était encore vivant, il voterait Le Pen".

En septembre 2007, Jean-Marie Le Pen tient une conférence lors de la première université d'été d'Égalité et réconciliation. En novembre, Alain Soral est nommé au comité central du Front national par Jean-Marie Le Pen.

En février 2009, Soral quitte le FN après avoir échoué d'obtenir la tête de liste pour l'Île-de-France aux élections européennes de 2009. Bien qu'accusant Marine Le Pen et Louis Aliot d'avoir conspiré contre lui, il salue en Jean-Marie Le Pen un "homme facétieux et délicat". D'après Marc George, Alain Soral aurait perdu le soutien de Jean-Marie Le Pen pour les élections européennes de 2009 après avoir qualifié ses propos sur les chambres à gaz de "lubies d'un vieil homme". Après le départ de Soral du FN, Jean-Marie Le Pen dira à son sujet :

Alain, ce n’est pas un politique, c’est un romancier. Et puis il a un fichu caractère. Moi, il ne m’a jamais manqué de respect, mais dès que quelqu’un n’était pas d’accord avec lui, il l’insultait : "Juif ! Pédé !". Ce n’était plus possible.

En juin 2014, Jean-Marie Le Pen fait la polémique lorsqu'il dit "On fera une fournée la prochaine fois" à propos de Patrick Bruel, qui avait évoqué sa volonté de ne pas se produire dans les villes à mairie FN. Alain Soral le soutient et s'en prend à Marine Le Pen pour avoir condamné les propos de son père.

En juin 2015, Jean-Marie Le Pen fête son 87ème anniversaire avec Alain Soral et Dieudonné.

En mars 2018, dans Soral répond... sur ERFM !, Soral prétend qu'il aurait influencé la ligne économique de Jean-Marie Le Pen pour qu'il s'éloigne du libéralisme, car Soral lui aurait expliqué que ce serait inconséquent avec ses idées nationalistes.[1] Dans le Soral a (presque toujours) raison numéro 5, Soral dit qu'il aurait poussé Jean-Marie Le Pen à écrire ses mémoires et qu'il aurait été derrière l'idée de les publier en deux tomes, l'un pour s'exprimer sur sa jeunesse et l'autre pour relater son combat politique.[2] À la mort de Robert Faurisson, Soral s'en prend à JMLP dont il estime qu'il n'aurait pas eu assez de courage pour soutenir Faurisson.[3]

Relations avec Dieudonné Modifier

Jean-Marie Le Pen rencontre Dieudonné pour la première fois pendant les élections législatives de 1997, lorsqu'il vient soutenir la candidate FN Marie-France Stirbois à Dreux, où Dieudonné s'était présenté pour l'opposer. Ils ont un bref échange, "plutôt tendu" selon Jean-Marie Le Pen.

Dieudonné, accompagné d'Ahmed Moualek, rercroise Jean-Marie Le Pen pour la deuxième fois lors de la fête des BBR de 2006. Cette fois-ci, les échanges sont plus cordiaux.

En juillet 2008, Jean-Marie Le Pen devient le parrain de Plume M'Bala M'Bala, fille de Dieudonné et Noémie Montagne. Lors d'une interview pour Paris Match en 2014, il avouera avoir été "un peu surpris" de la demande de Dieudonné de parrainer sa fille.

En 2014, en pleine affaire Dieudonné, Jean-Marie Le Pen le soutient publiquement dans diverses interviews et déclare "mirobolant" que l'on dise que la quenelle est un signe nazi. Il s'exprime également sur ses relations privées avec Dieudonné et dit ne pas avoir de relations suivies avec lui, mais également avoir des relations "quasi-familiales".

En janvier 2015, alors que Dieudonné fait polémique pour avoir publié "Je me sens Charlie Coulibaly" sur les réseaux sociaux, Jean-Marie Le Pen le soutient au nom de la liberté d'expression. La même année, Le Pen fête son 87ème anniversaire avec Alain Soral et Dieudonné.

Relations avec Ahmed Moualek Modifier

Ahmed Moualek et Jean-Marie Le Pen

Ahmed Moualek présentant son livre "Insoumission" à Jean-Marie Le Pen.

En novembre 2006, Ahmed Moualek va à la fête des BBR avec Dieudonné, où ils rencontrent Jean-Marie Le Pen. C'est à cette issue qu'Ahmed Moualek fera ses premières prises de parole publiques. Quelques jours plus tard, Jean-Marie Le Pen accorde une interview à Ahmed Moualek pour son site La Banlieue s'exprime. Dans un reportage pour Canal+, Ahmed Moualek s'exprime en faveur de Jean-Marie Le Pen et déclare être prêt à voter pour lui.

En juin 2014, Ahmed Moualek sort une vidéo sur YouTube où il dit admettre d'avoir été dans l'erreur et d'avoir été naïf de croire qu'une banalisation des idées du Front national était une bonne chose pour les banlieues françaises.

Cependant, en 2015, Ahmed Moualek sort son livre "Insoumission", initialement titré "Pourquoi je vais voter FN en 2017", dans lequel il fait l'éloge de Jean-Marie Le Pen et explique que le FN est le parti le moins sioniste et qu'il va voter pour eux en 2017. Il fait lire son livre à Jean-Marie Le Pen, qui finit par le recommander.

Relations avec les Brigandes Modifier

Les Brigandes - Monsieur Le Pen

Les Brigandes - Monsieur Le Pen

Le 15 juin 2018, à l'occasion du 90e anniversaire de Jean-Marie Le Pen, les Brigandes publient une chanson en son hommage intitulée Monsieur Le Pen. Elles y célèbrent les origines bretonnes de Le Pen, l'appelant Yann-Maïwenn, et y brocardent Florian Philippot, Marine Le Pen, Louis Aliot et Marion Maréchal-Le Pen qu'elles accusent de l'avoir trahi. Jean-Marie Le Pen apparaît dans le clip en compagnie des chanteuses. Le même mois, JMLP leur délègue l'animation musicale de sa soirée d'anniversaire.

Relations avec Jérôme Bourbon Modifier

À l'âge de 14 ans, Jérôme Bourbon découvre Jean-Marie Le Pen dans l'émission L'heure de vérité, et prend sa carte au FN.[4]

En 2005, Jérôme Bourbon réalise une interview de Jean-Marie Le Pen pour Rivarol dans laquelle Le Pen juge que l'occupation allemande ne fut pas "particulièrement inhumaine".[5] Bourbon est ensuite condamné à 5000 euros d'amende pour "contestation de crimes contre l'humanité" pour cette interview, et JMLP à 10 000 euros d'amende. De cette interview, Le Pen dira : "La dernière fois que je l’avais rencontré, il m’avait un petit peu piégé".[6]

En novembre 2010, Jean-Marie Le Pen traite Jérôme Bourbon, qui mène alors une campagne sans vergogne contre sa fille Marine Le Pen, de "taliban hystérique".[7]

Cependant, Jean-Marie Le Pen se rapproche à nouveau de Jérôme Bourbon après s'être brouillé avec sa fille. Ainsi, en avril 2015, JMLP accorde un entretien à Rivarol dans lequel il dénonce la nouvelle politique menée au FN par Marine Le Pen et Florian Philippot. Bourbon se félicite ensuite d'avoir contribué à la brouille entre Jean-Marie et Marine Le Pen.[8]

En avril 2016, Jean-Marie Le Pen se rend au "grand banquet Rivarol" organisé par Jérôme Bourbon.[4] Lors du banquet, Bourbon essaie de se faire rencontrer Robert Faurisson et JMLP en ne prévenant pas ce dernier de la venue de Faurisson, mais il quitte finalement le banquet avant la venue du militant négationniste.[6]

En mars 2018, Jérôme Bourbon organise une croisière Rivarol pour l'anniversaire de Jean-Marie Le Pen, qui a lieu le 16 juin 2018.[9] Cependant, lors de la date fatidique, Le Pen ne peut être présent, suite à une hospitalisation.[10] Suite au rapprochement entre Les Brigandes et lui, Bourbon se retourne contre lui, et dit sur Twitter :

Avant de penser à son rétablissement, il conviendrait de penser au salut se son âme. Car là ce n'est pas gagné. Et ce n'est pas en déléguant l'animation musicale de sa soirée d'anniversaire le 30 juin aux Brigandes qu'il va se rapprocher du Ciel. Quelle tristesse !
Il l'accuse également de trahit ses idéaux :
Comment peut-on se réclamer de sainte Jeanne d'Arc et copiner avec une secte noire? La devise de la Pucelle, c'est Dieu premier servi. Quand Jeanne entendait certains de ses soldats jurer, elle se mettait en colère, répétant que c'est le péché mortel qui fait perdre les batailles
Il accuse Les Brigandes d'avoir maudit Jean-Marie Le Pen dans leur chanson Monsieur Le Pen :
Peu m'importe le mépris des imbéciles et des sans Dieu, il est hors de question de rester silencieux face à cette chanson ouvertement satanique, aux paroles horribles : « Jean-Marie, Dieu le damne ».
Comm disait sainte Jeanne d'Arc, Dieu premier servi ![11]
À la mort de Robert Faurisson, Jérôme Bourbon s'en prend à Jean-Marie Le Pen sur Twitter :
A Faurisson JMLP préfère la compagnie des Brigandes dont le secrétaire Antoine Duvivier dit que les révisionnistes sont « des péquenots » et qui, dans une déposition à la police après son agression contre Bourbon, lui reproche d'être « un antisémite et un négationniste forcené ».[12]
Il ajoute également :
Boulanger s'est suicidé sur la tombe de sa maîtresse. De même JMLP se comporte à l'égard de sa fille indigne comme un amoureux éconduit et suppliant. Ne tarissant pas d'éloges sur MLP et les Brigandes, il finit de manière pathétique. Faurisson, c'était quand même autre chose ![13]

Références Modifier

  1. https://radio.erfm.fr/?show=Soral%20r%C3%A9pond
  2. https://www.egaliteetreconciliation.fr/Soral-a-presque-toujours-raison-Episode-5-51047.html
  3. https://www.egaliteetreconciliation.fr/Mon-hommage-a-Robert-Faurisson-52612.html
  4. 4,0 et 4,1 http://archive.is/qNwW6
  5. http://archive.is/XzfaA
  6. 6,0 et 6,1 http://archive.is/ktebO
  7. http://archive.is/EXAeP
  8. http://archive.is/LELaY
  9. https://www.youtube.com/watch?v=LXgkdQ_m08s
  10. http://archive.is/Yyne5
  11. http://archive.is/dVkOe
  12. http://archive.is/AGdRw
  13. http://archive.is/q71uy